Compte-rendu Goûter de la Géomatique du 29 février 2016

Comme annoncé, un goûter de la géomatique a eu lieu le lundi 29 février 2016, à 10 :00, réunissant les membres de la plateforme GéoBFC (Laure, Elise, Ludovic, Jonhattan et Lucile) et plusieurs curieux : Damien, Fabrice, Rémi, Seydou et Zoran.
Le goûter s’est déroulé autour des quelques douceurs du jour et d’un café ; au programme : gâteau au chocolat et carrot-cake !
Des points d’actualités ont été évoqués :

La géomatique à l’heure des MOOC

Dans la continuité des MOOC (‘Massive Open Online Course’) présentés en 2014, d’autres abordent actuellement de près ou de loin la géomatique
Sur COURSERA : Eléments de géomatique, Ecole Polytechnique de Lausanne, commencé le 19 février 2016.
=> Bonne nouvelle, une seconde session de ce Mooc s’ouvre et aura lieu entre le 18 avril et le 3 juillet 2016! Vous pouvez vous inscrire ici.
Sur FUN : les statistiques en force (bien utiles en complément) !

L’Année Internationale de la Cartographie et de la géovisualisation

Dans un second temps, nous avons évoqué L’Année Internationale de la Cartographie et de la géovisualisation, décrétée par l’ONU.
Cette année  Internationale de la Cartographie et de la géovisualisation a pour but de célébrer les cartes et leurs rôle dans le monde. C’est l’opportunité pour de multiples institutions d’organiser des manifestations, des conférences, des expositions,  etc. pour promouvoir les cartes.

IMY_logo_300x100Logo de l’Année internationale de la Carte (http://mapyear.org/)

Des comités par pays ont été réunis pour organiser l’année Internationale de la Cartographie (http://mapyear.org/nations-signed-up/ )
Un ouvrage accessible à tous (libre et gratuit) est accessible : Le Monde des cartes
Plusieurs évènements ont lieu  :

Pour suivre les évènements et les manifestations : http://mapyear.org/events/

Par la suite Jonhattan Vidal nous a présenté un aspect de son travail sur les Antilles Françaises.

Défense côtière des Antilles françaises (1635-1850), cartographie ancienne et prospection pédestre (Jonhattan Vidal).

Jonhattan travaille depuis une dizaine d’années dans les Antilles Françaises dans le cadre d’un programme soutenu par les services régionaux de Guadeloupe et de Martinique. Il recense les différents forts et batteries militaires  servant à la défense des îles de la Guadeloupe, des Saintes et de la Martinique, édifiés entre le XVIIème et le XIXème siècle pour faire face aux attaques régulières de la flotte britannique et des pirates croisant dans les caraïbes. Son travail se base sur des documents d’archives et des cartes anciennes qui l’aident à circonscrire les zones de localisation potentielles de ces constructions militaires. A partir du dépouillement de cette cartographie historique, Jonhattan effectue des prospections pédestres pour retrouver et géolocaliser  les vestiges de ces constructions militaires (GPS). Il relève les plans des édifices et réalise un examen archéologique des structures (matériaux, morphologie, typologie, évolution du bâti). Il étudie également les bouches à feux qui équipaient ces fortifications et dont subsistent des exemplaires plus ou moins fragmentaires. L’étude typologique et archivistique de ces artefacts permet d’en dater l’usage et d’en déterminer les provenances. Ce travail a permis le recensement de plus d’une centaine de vestiges de constructions militaires et d’environ 200 matériels d’artillerie.

Image10Secteur est de la commune de Sainte-Anne, extrait de la carte générale de la Guadeloupe levée par les Ingénieurs Géographes du Roy entre 1764 et 1769, Service Historique de la Défense (7B 123). JV 2007.

Jonhattan a intégré ses données dans un SIG, ce qui lui permet d’effectuer la cartographie des forts et batteries militaires. Les objectifs du SIG seraient pour Jonhattan d’effectuer un certain nombre d’analyses spatiales pour comprendre :
  • l’organisation de la défense côtière sur les différentes îles des Antilles, notamment par l’implantation des constructions militaires qu’il a recensées, et en comparaison avec les systèmes théoriques exposés dans les documents d’archives,
  • la détermination de zones à fort potentiel d’archéologie sous-marine, où des épaves de navires pourraient être mises au jour, notamment par l’analyse spatiale de la portée de tirs des matériels d’artillerie depuis les vestiges des batteries côtières.

Image1 Vue depuis la batterie de la Baie du Marigot, Les Saintes, Terre-de-Haut. JV 2009

Sur ce dernier point, Jonhattan a évoqué la méthodologie qu’il envisageait mettre en œuvre. Pour délimiter des zones maritimes où se trouvent potentiellement des épaves de navires, il se base sur sa connaissance des portées de tir des bouches à feux, acquise à travers son travail archivistique et bibliographique. En effet, les portées de tir dépendent du type de canon utilisé (calibre, format, etc.) et de l’évolution par période de la technologie militaire en terme matériel et balistique. A partir de ces constats, Jonhattan envisage d’effectuer plusieurs analyses spatiales basées sur les distances de ces portées de tir, notamment le calcul de zones-tampons (buffers) autour des forts et bastions ayant livré ces dispositifs d’artillerie. Les dispositifs de défense sont essentiellement tournés vers la mer, et de fait, Jonhattan a évoqué son souhait d’adapter sa méthode pour prendre en compte la contrainte de limite côtière dans son étude SIG. Une discussion s’est ouverte sur ce point entre les différents participants du goûter de la géomatique sur la possibilité d’exploiter les paramètres des calculs de visibilité (distance, limite), la limite côtière, l’orientation et/ou les angles de tir dans son analyse.
Par la suite, Jonhattan a évoqué son souhait d’exploiter de nouvelles données comme les acquisitions LIDAR terrestre et bathymétrique du Litto3D conduite de manière conjointe par l’IGN et le SHOM sur l’ensemble du littoral national et qui couvrent de ce fait toute la côte des îles caraïbes françaises, de même que la BD RGE ALTI® -IGN-2016) au pas de 5 m.

Prochain Goûter de la géomatique : mardi 29 Mars à 10h

Le prochain Goûter de la géomatique organisé par la plateforme GEOBFC aura lieu le mardi 29 Mars 2016

Ce mois-ci, nous discuterons :

– avec Zoran Čučković (UMR 6249 Chrono-Environnement) des réseaux topographiques – un nouveau paradigme du SIG

– avec Lucile Pillot (USR 3516 MSH Dijon) :

Le colloque Temps, Art et Cartographie. La sémiologie dans tous les sens (16-18 mars 2016, Strasbourg),

La création des pdf dynamiques sous QGIS: quelles possibilités?

Si vous souhaitez présenter ou discuter un aspect ou une question autour de l’information spatiale, de la cartographie ou de la géomatique, n’hésitez pas à nous rejoindre!

Rendez-vous à 10h à la MSH de Dijon (salle 102)

Prochain Goûter de la géomatique : lundi 29 Février à 10h

Le prochain Goûter de la géomatique organisé par la plateforme GEOBFC aura lieu le lundi 29 Février 2016

Ce mois-ci, nous discuterons  de cartographie:

– avec Jonhattan VIDAL (UMR 6298 ArTeHis) de la Défense côtière des Antilles françaises (1635-1850), cartographie ancienne et prospection pédestre

– avec Lucile PILLOT (USR 3516 MSH Dijon) de l’Année Internationale de la Cartographie 2015-2016, supportée par l’ONU (évènements, manifestations, actualités)

Si vous souhaitez présenter ou discuter un aspect ou une question autour de l’information spatiale, de la cartographie ou de la géomatique, n’hésitez pas à nous rejoindre!

Rendez-vous à 10h à la MSH de Dijon (salle 214)

 

Prochain Goûter de la géomatique : jeudi 28 Mai à 14h

Discussion sur les Apports de l’analyse géomorphologique des données LiDAR en domaine alluvial, à partir de la présentation de Ronan Steinmann (UMR 6298 ArTeHis) :

Au travers de l’exemple de deux fenêtres d’étude choisies en amont et en aval de la confluence avec l’Allier, cette présentation cherche à montrer l’intérêt de l’analyse des données LiDAR du lit majeur de la Loire pour la compréhension de l’évolution de ces zones souvent riches en données archéologiques. On cherchera ici plus particulièrement à présenter les méthodes mises en place pour mettre en évidence les traces laissées par la dynamique alluviale ancienne, qu’on date ensuite lors d’interventions de terrain. Il s’agit, dans un premier temps, de trouver un mode de représentation des données satisfaisant du modelé, ne faisant pas disparaître les valeurs d’altitude. On s’est pour cela inspiré d’un mode de représentation « Swiss View », avec pour base une couche d’ombrages « MDOW ». Par la suite, on a cherché à s’affranchir de l’effet de la pente de la vallée dans laquelle coule la Loire pour examiner les altitudes relatives du lit majeur et mettre ainsi en évidence des familles de paléochenaux. Deux méthodes ont été utilisées selon les secteurs considérés. Sur la Loire amont, on s’est servi de l’altitude relative du sommet de la tranche d’eau, mesurée lors de plusieurs campagnes par la DREAL Centre. Sur la Loire moyenne, on a utilisé un modèle de pente du lit majeur, calculé à partir d’un profil parallèle à l’axe d’orientation de la vallée de la Loire. Dans les deux cas, ces opérations permettent d’obtenir un MNT de l’altitude relative du lit majeur et de faciliter la mise en place d’une chronologie relative des paléochenaux en surface de la plaine alluviale. Par la suite, des carottages ciblés des remplissages argileux de ces anciens bras permettent de dater leur abandon et de proposer des causes quant aux métamorphoses fluviales observées.

 

Attention, exceptionnellement la séance commencera à 14h.

Un système d’information géo-historique pour l’étude des interactions entre le système de transport et les dynamiques de population

Une vieille question de recherche

Christophe Mimeur, THEMA, Dijon –

Résumé de la présentation lors du goûter du 12 Mars 2015

La question du lien entre réseau et territoire alimente la littérature scientifique depuis l’apparition même de ces deux termes. Pour autant, cette thèse part du constat d’un « vertigineux rétrécissement spatio-temporel » (BAVOUX, 2005). Jusqu’au début du XIXème siècle, on constate l’ « immense piétinement des Hommes » (BAVOUX, 2005), même si la traction hippomobile se développe avec le relais des postes royales. Pour autant, les nombreux arrêts nécessaires au changement des chevaux ne permet pas d’accroître de manière significative la vitesse moyenne des déplacements.

En revanche, l’invention du chemin de fer dans la décennie 1830 provoque la « révolution de la vitesse » (STUDENY, 1995). En l’espace de 20 ans, les vitesses moyennes sont multipliées par 6, et à cette époque, la « grande vitesse » est bien celle de la locomotive à vapeur. Cet effet multiplicateur est largement supérieur aux évolutions que l’on connaît au XXème siècle, puisque les vitesses moyennes n’ont été multipliées que par 3 depuis le début du XXème siècle, alors même que la grande vitesse aujourd’hui est largement connotée par les vitesses folles du TGV. Ce premier aperçu fait émerger la relativité de la notion de « grande vitesse ».

De ce fait, la question de recherche est celle de l’étude des interactions entre le système de transport et les dynamiques de population. Elle agite les communautés scientifiques et institutionnelles depuis l’apparition des premiers chemins de fer. Constatant l’évolution des vitesses sur le réseau ferroviaire depuis 1860, ce travail pose l’hypothèse que la longue durée puisse faire émerger de nouvelles interactions. Les dynamiques de population sont quant à elles envisagées sous le prisme de l’évolution démographique des communes françaises, « la taille démographique est un excellent résumé de très nombreuses propriétés fonctionnelles » (PUMAIN, 1997).

Du SIG-H à la base de données relationnelle

Ce travail s’inscrit dans le champ des Spatial Humanities ou GeoHumanities, deux termes cohabitant ces derniers temps. C’est d’abord sous l’angle du système d’information géo-historique que sont opérées les processus de collecte de données. Deux bases de données, démographiques et ferroviaires cohabitent donc, avec une structuration composite, adaptée de la méthode data stamping (VRANA, 1989), où chaque objet est défini par une date de début et une date de fin. La localisation est donc à la fois spatiale et temporelle. Les sources de données sont rassemblées dans le tableau ci-dessous.

Couches d’informations Base vectorielle Sources de digitalisation
Cartes Textes
Démographie IGN GeoFla Communes d’hier, communes d’aujourd’hui
Réseau ferroviaire IGN Route 500 SNCF, 1944 Histoire chronologique des chemins de fer. Trains oubliés, les petits trains de Jadis

Ce travail donne une place centrale à la notion d’accessibilité, comme indicateur d’analyse d’un réseau de transport. Elle est aussi celle qui permet de prendre en compte l’accélération des vitesses sur le réseau ferroviaire depuis sa création. Le calcul d’un temps de parcours passe par la transformation des données en un graphe, le long duquel des algorithmes de plus court chemin pourront être adaptés. Pour cela, il faut définir l’impédance de chaque tronçon ferroviaire, comme temps de parcours nécessaire à le parcourir.

 La qualification de ce graphe comme dynamique est valable pour 3 raisons :

  • Un tronçon ferroviaire n’existe pas à sur l’ensemble de la fenêtre temporelle ;
  • Le temps nécessaire pour le franchir est variable dans le temps ;
  • L’existence d’une gare comme point d’entrée du réseau est variable dans le temps.

En cela, les outils SIG traditionnels ne sont plus pertinents, compte tenu de la prise en compte du temps d’un côté, et de la masse de données de l’autre. C’est pour cela que l’on a recours au serveur de gestion de bases de donnes PostgreSQL, couplé à son extension spatiale PostGIS et au module permettant de parcourir un réseau pgRouting.

Dès lors, une matrice de gare à gare est obtenue sur la fenêtre temporelle 1860-1930, de 11 000 gares à 11 000 gares, représentant une table d’environ 50 Go.

Des parcours bimodaux

L’évolution du réseau montre que toutes les communes ne sont pas pourvues de gares. Or, l’objectif est bien d’obtenir une matrice de commune à commune. Il faut donc prendre en compte un temps de parcours de la commune jusqu’à la gare la plus proche, en amont et en aval du trajet ferroviaire. On se retrouve avec un chemin en 3 segments :

 C.mimeur_article

 Pour autant, la lâcheté du réseau en 1860 nécessite d’opérer un arbitrage entre un temps de parcours par le réseau ferroviaire qui nécessite parfois de très grands détours, et un seul temps de parcours pédestre, plus direct et moins chronophage. La confrontation à une simple matrice pédestre est alors nécessaire.

Ces requêtes basées sur le principe des bases de données relationnelles sont néanmoins chronophages en calcul et représentent 50 minutes pour la seule région Bourgogne. Une estimation France Entière établit environ 8 jours de calcul nécessaire.

 L’analyse comme processus final mais fondamental

A l’issue de l’ensemble de ces traitements, l’objectif est bien d’analyser les liens entre ces indices d’accessibilité et les évolutions démographiques. Si l’on pointe souvent les lourdes étapes de collecte et de traitement dans le domaine des GeoHumanities, l’objectif est bien de dépasser ce stade pour apporter des réponses thématiques au lien entre réseau et territoire.

Différents dispositifs émergent :

  • Traitements économétriques
  • Traitements multivariées

Références :

Bavoux, Jean-Jacques, Francis Beaucire, Laurent Chapelon, and Pierre Zembri. 2005. Géographie Des Transports. Paris: A. Colin.

Pumain, Denise. 1997. “Pour Une Théorie Évolutive Des Villes.” Espace Géographique 26 (2): 119–34.

Studeny, Christophe. 1995. L’invention de La Vitesse: France, XVIIIe-XXe Siècle. Paris: Gallimard.

Vrana, Ric. 1989. “Historical Data as an Explicit Component of Land Information Systems.” International Journal of Geographical Information Systems 3 (1): 33–49.

Le carnet des goûters de la géomatique de la Maison des Sciences de l'Homme de Dijon

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search