Archives par mot-clé : rencontre scientifique

Compte-rendu Goûter de la Géomatique du 29 février 2016

Le dernier goûter de la géomatique a eu lieu le mardi 29 mars 2016, à 10 :00, réunissant les membres de la plateforme GéoBFC (Laure, Elise, Ludovic, Jonhattan, Arthur et Lucile) et plusieurs curieux : Damien, Pierre et Zoran.

Le goûter s’est déroulé autour des nombreuses douceurs du jour et d’un café ; au programme : gâteau au citron, viennoiseries, biscuits, chocolats et tarte aux poires !

L’actualité scientifique a été évoquée (PL). Ayant assisté à ce colloque nous évoquerons dans ce compte-rendu, les choses qui ont attiré notre attention (ce CR n’est pas exhaustif!).

Retours sur le colloque Temps, Art et Cartographie. La sémiologie dans tous les sens

Ce colloque s’est tenu à Strasbourg du 16 au 18 mars 2016. Après quelques mots d’ouverture par les organisateurs et par les membres du Comité Français de Cartographie (CFC), le colloque a  débuté sur une introduction de C. Cauvin, titrée « Sémiotique en cartographie au XXIème siècle ? »

Dans sa présentation elle s’est interrogée sur la place, le rôle, la nécessité et la destinée de la sémiotique au XXIème siècle, face aux changements que connaît la cartographie. Rappelant la vocation de la carte comme moyen de communication fondé sur la représentation de signes, elle a souligné la mobilisation essentielle du sens visuel. Mais, face aux mutations des médias et des supports (numérique, le multimédia, etc.), la sémiotique est bouleversée, ce qui conduit à une « révolution » des savoir- et des façons de faire, mais également des usages de la carte. Les cartes deviennent manipulables, interactives, dynamiques et même multisensorielles. En outre, aujourd’hui, les cartes sont partout et utilisées par tous. Toutes ces révolutions bouleversent le langage cartographique et amènent à repenser la sémiotique. Un des autres points développés par C. Cauvin est de questionner le rôle et la place de l’utilisateur de la carte, qui devient aussi producteur; actif et non plus passif. Cette intervention de C. Cauvin a amené la salle à s’interroger sur la sémiotique face aux nouveaux usages et aux nouvelles possibilités qui s’offrent à la cartographie.

Des présentations ont questionné la place des autres sens que la vue dans le langage cartographique et sémiotique. L’intervention de R. Kern a permis d’évoquer la question du handicap face à la carte (ici la malvoyance et la cécité) et donc l’utilisation d’autres sens que la vision pour la lecture et la réalisation des cartes, notamment le toucher.

La cartographie sensible a aussi été évoquée par plusieurs communicants. L. Bacon a présenté son travail sur les mouvements migratoires dans les Balkans. Loin de la vision agrégée des cartes représentant les phénomènes de migration, elle s’est intéressée aux parcours individuels de migrants et à leurs perceptions de l’espace qu’ils ont parcourus en révélant notamment les contraintes rencontrées. Son travail rejoint un certain nombre d’expériences comme le dispositif « cartographies traverses ».

LB_mediapartLucie Bacon, Extrait de “Variations sur l’épisode migratoire de Kreuz” (mediapart)

Sur ce point, nous pouvons aussi citer les travaux d’Elise Olmedo sur la carte sensible à travers la réalisation de cartes avec et par des femmes marocaines sur leur espace vécu, parcouru et perçu.

EO_cartes_sensiblesElise Olmedo : carte sensible, plus d’info ici

L’intervention de L. Jégou a permis d’interroger le rôle de l’esthétique dans la capacité d’une carte à transmettre un message. Il a axé son propos sur l’équilibre à garder entre esthétique et sémiotique dans la réalisation cartographique.  Il a rappelé qu’une carte est un moyen de communication qui se doit d’être rapide, efficace, objectif et simple, mais tout en étant juste et précis pour exprimer toute la complexité de ce qu’il représente.  Il a souligné l’aspect hybride de la cartographie, entre Sciences et Arts. Son intervention a soulevé un certain nombre de questions quant à l’esthétique de la carte face aux révolutions technologiques et aux nouveaux supports qui s’offrent à elle.

Les nouvelles possibilités de cartographies qu’offrent le Numérique, le Web etc. ont fait l’objet de plusieurs présentations. B. Mericskay a présenté le cas du « Géoweb« . Le web permet une cartographie qu’il qualifie de « distribuée », avec l’accès à de nombreux fonds cartographiques, à des données spatialisées partagées, interopérables et à la géovisualisation. La carte n’est plus statique, elle est dynamique et/ou interactive : la relation entre le producteur, le lecteur et la carte se transforme.  On interagit avec la carte et avec les données qu’elle représente. Pourtant, il souligne qu’un des défis actuels est de développer et d’inventer une nouvelle sémiotique graphique plus adaptée : un vrai défi conceptuel, méthodologique et technique.

Ce colloque nous a amené à nous interroger sur le rôle et la conception de la carte, comme objet statique et à l’heure d’aujourd’hui, comme objet dynamique et interactif. Les codes de la cartographie et de la sémiotique s’en trouvent bouleversés et demandent à être réinventés : les producteurs de cartes doivent se les réapproprier et les adapter aux besoins de la cartographie actuelle.

Des évènements ont eu lieu dans le cadre et en marge du colloque.

Ces évènements et le colloque s’inscrivaient également dans le cadre de l’année Internationale de la Carte organisée en 2015-2016 et dont nous avons parlé le mois dernier.

  • Le café-carto (16-03- 2016) sur le thème : Langage universel de la carte : la sémiologie au service de la communication
  • L’exposition Cartologies (réalisée par et avec l’InSituLAB, du 14-03 au 23-03-2016)
  • La projection-rencontre autour du film Vidéocartographies (Till Roeskens,  17-03-2016) – Vous pouvez d’ailleurs visionner ce très beau « documentaire/film » ici.
  • L’exposition Le Dessus des cartes anciennes (1600-1800). Trésors de la Faculté de géographie et d’aménagement (Faculté de géographie et d’aménagement, 10-03 au 07-04-2016), infos ici.
  • L’exposition Théâtres du monde : découvertes cartographiques à la BNU (Salle d’Exposition – Bibliothèque Nationale Universitaire – Strasbourg, 29-02- au 24-03-2016), infos ici.

Par la suite Zoran Čučković (UMR 6249 Chrono-Environnement) nous a présenté un aspect de son travail, intitulé réseaux topographiques – un nouveau paradigme du SIG. Cette présentation fera l’objet d’un  article plus détaillé.

Enfin, nous avons abordé ensemble la possibilité de créer des PDF dynamiques sous QGIS à l’aide de l’application Scribus, qui fera aussi l’objet d’un article spécifique sur le carnet Hypothèses des Goûters.