Archives par mot-clé : QGIS

Créer des PDF dynamiques sous QGIS et Scribus

Lors du Goûter de la Géomatique du 29 mars 2016, nous avons présenté la possibilité de créer des PDF dynamiques sous QGIS et Scribus. 

Il peut en effet être intéressant de créer un pdf dynamique, un pdf multi-couches, permettant l’activation ou la disparition des couches qui composent la carte, par l’utilisateur en les cochant ou les décochant.  Un pdf multi-couches a l’avantage d’être utilisé facilement par tous.

arton24Logo de Scribus (https://www.scribus.net/)

Vous trouverez dans cette article un tutoriel pour l’utilisation de Scribus pour créer une carte en PDF dynamique.

Dans ce tutoriel, nous utilisons:

Pour visualiser et télécharger une carte en PDF dynamique, c’est ici (attention, son ouverture nécessite le téléchargement d’Adobe Acrobat Reader DC).

Pour télécharger le tutoriel en version PDF, c’est ici.

Compte-rendu Goûter de la Géomatique du 29 février 2016

Le dernier goûter de la géomatique a eu lieu le mardi 29 mars 2016, à 10 :00, réunissant les membres de la plateforme GéoBFC (Laure, Elise, Ludovic, Jonhattan, Arthur et Lucile) et plusieurs curieux : Damien, Pierre et Zoran.

Le goûter s’est déroulé autour des nombreuses douceurs du jour et d’un café ; au programme : gâteau au citron, viennoiseries, biscuits, chocolats et tarte aux poires !

L’actualité scientifique a été évoquée (PL). Ayant assisté à ce colloque nous évoquerons dans ce compte-rendu, les choses qui ont attiré notre attention (ce CR n’est pas exhaustif!).

Retours sur le colloque Temps, Art et Cartographie. La sémiologie dans tous les sens

Ce colloque s’est tenu à Strasbourg du 16 au 18 mars 2016. Après quelques mots d’ouverture par les organisateurs et par les membres du Comité Français de Cartographie (CFC), le colloque a  débuté sur une introduction de C. Cauvin, titrée « Sémiotique en cartographie au XXIème siècle ? »

Dans sa présentation elle s’est interrogée sur la place, le rôle, la nécessité et la destinée de la sémiotique au XXIème siècle, face aux changements que connaît la cartographie. Rappelant la vocation de la carte comme moyen de communication fondé sur la représentation de signes, elle a souligné la mobilisation essentielle du sens visuel. Mais, face aux mutations des médias et des supports (numérique, le multimédia, etc.), la sémiotique est bouleversée, ce qui conduit à une « révolution » des savoir- et des façons de faire, mais également des usages de la carte. Les cartes deviennent manipulables, interactives, dynamiques et même multisensorielles. En outre, aujourd’hui, les cartes sont partout et utilisées par tous. Toutes ces révolutions bouleversent le langage cartographique et amènent à repenser la sémiotique. Un des autres points développés par C. Cauvin est de questionner le rôle et la place de l’utilisateur de la carte, qui devient aussi producteur; actif et non plus passif. Cette intervention de C. Cauvin a amené la salle à s’interroger sur la sémiotique face aux nouveaux usages et aux nouvelles possibilités qui s’offrent à la cartographie.

Des présentations ont questionné la place des autres sens que la vue dans le langage cartographique et sémiotique. L’intervention de R. Kern a permis d’évoquer la question du handicap face à la carte (ici la malvoyance et la cécité) et donc l’utilisation d’autres sens que la vision pour la lecture et la réalisation des cartes, notamment le toucher.

La cartographie sensible a aussi été évoquée par plusieurs communicants. L. Bacon a présenté son travail sur les mouvements migratoires dans les Balkans. Loin de la vision agrégée des cartes représentant les phénomènes de migration, elle s’est intéressée aux parcours individuels de migrants et à leurs perceptions de l’espace qu’ils ont parcourus en révélant notamment les contraintes rencontrées. Son travail rejoint un certain nombre d’expériences comme le dispositif « cartographies traverses ».

LB_mediapartLucie Bacon, Extrait de “Variations sur l’épisode migratoire de Kreuz” (mediapart)

Sur ce point, nous pouvons aussi citer les travaux d’Elise Olmedo sur la carte sensible à travers la réalisation de cartes avec et par des femmes marocaines sur leur espace vécu, parcouru et perçu.

EO_cartes_sensiblesElise Olmedo : carte sensible, plus d’info ici

L’intervention de L. Jégou a permis d’interroger le rôle de l’esthétique dans la capacité d’une carte à transmettre un message. Il a axé son propos sur l’équilibre à garder entre esthétique et sémiotique dans la réalisation cartographique.  Il a rappelé qu’une carte est un moyen de communication qui se doit d’être rapide, efficace, objectif et simple, mais tout en étant juste et précis pour exprimer toute la complexité de ce qu’il représente.  Il a souligné l’aspect hybride de la cartographie, entre Sciences et Arts. Son intervention a soulevé un certain nombre de questions quant à l’esthétique de la carte face aux révolutions technologiques et aux nouveaux supports qui s’offrent à elle.

Les nouvelles possibilités de cartographies qu’offrent le Numérique, le Web etc. ont fait l’objet de plusieurs présentations. B. Mericskay a présenté le cas du « Géoweb« . Le web permet une cartographie qu’il qualifie de « distribuée », avec l’accès à de nombreux fonds cartographiques, à des données spatialisées partagées, interopérables et à la géovisualisation. La carte n’est plus statique, elle est dynamique et/ou interactive : la relation entre le producteur, le lecteur et la carte se transforme.  On interagit avec la carte et avec les données qu’elle représente. Pourtant, il souligne qu’un des défis actuels est de développer et d’inventer une nouvelle sémiotique graphique plus adaptée : un vrai défi conceptuel, méthodologique et technique.

Ce colloque nous a amené à nous interroger sur le rôle et la conception de la carte, comme objet statique et à l’heure d’aujourd’hui, comme objet dynamique et interactif. Les codes de la cartographie et de la sémiotique s’en trouvent bouleversés et demandent à être réinventés : les producteurs de cartes doivent se les réapproprier et les adapter aux besoins de la cartographie actuelle.

Des évènements ont eu lieu dans le cadre et en marge du colloque.

Ces évènements et le colloque s’inscrivaient également dans le cadre de l’année Internationale de la Carte organisée en 2015-2016 et dont nous avons parlé le mois dernier.

  • Le café-carto (16-03- 2016) sur le thème : Langage universel de la carte : la sémiologie au service de la communication
  • L’exposition Cartologies (réalisée par et avec l’InSituLAB, du 14-03 au 23-03-2016)
  • La projection-rencontre autour du film Vidéocartographies (Till Roeskens,  17-03-2016) – Vous pouvez d’ailleurs visionner ce très beau « documentaire/film » ici.
  • L’exposition Le Dessus des cartes anciennes (1600-1800). Trésors de la Faculté de géographie et d’aménagement (Faculté de géographie et d’aménagement, 10-03 au 07-04-2016), infos ici.
  • L’exposition Théâtres du monde : découvertes cartographiques à la BNU (Salle d’Exposition – Bibliothèque Nationale Universitaire – Strasbourg, 29-02- au 24-03-2016), infos ici.

Par la suite Zoran Čučković (UMR 6249 Chrono-Environnement) nous a présenté un aspect de son travail, intitulé réseaux topographiques – un nouveau paradigme du SIG. Cette présentation fera l’objet d’un  article plus détaillé.

Enfin, nous avons abordé ensemble la possibilité de créer des PDF dynamiques sous QGIS à l’aide de l’application Scribus, qui fera aussi l’objet d’un article spécifique sur le carnet Hypothèses des Goûters.

 

 

 

Compte-rendu : goûter de la géomatique du 6 mars 2014

Géomatique, gâteaux et boissons : début du goûter

C’est sous un magnifique soleil rayonnant que cette nouvelle séance a réuni Ludovic, Maxime, Delphine, Luc, Thomas et Justin.

Classifier des données non paramétriques : le test de Dunn

Le goûter s’ouvre sur une présentation de Thomas. Il propose d’approfondir le test de Dunn, utilisé lors de sa thèse (voir la présentation ici). Nous y reviendrons avec plus de détails dans un prochain post.

 

Géographie des transports à Dijon et impact sur la qualité de l’air : un exemple de modèle multi-agent

Justin présente ensuite ses travaux de doctorat, toujours en cours, sur l’étude du trafic routier dijonnais et la pollution de proximité (oxydes d’azotes). Il utilise à cet effet une plateforme de Simulation Multi-Agent (SMA).

La pollution azotée est un phénomène spatio-temporel tenant compte de facteurs multiples comme les conditions météorologiques, ou l’intensité des sources d’émission, qui font fortement varier les niveaux de la qualité de l’air urbaine au cours de la journée.

 

Pic de pollution routière
Pic de pollution routière
D’après Roussel 2006.

Le travail se concentre à une échelle fine : de temps avec des données au 1/4h, et spatiale, en étudiant le bord des route. Il se concentre sur la reconstruction de la variabilité intra journalière du trafic routier et des hot-spot de la pollution atmosphérique.

La première partie de son travail consiste à modéliser le trafic dijonnais. Ce dernier est surveillé par des capteurs électromagnétiques placés sous la chaussée aux abords des principaux axes routiers. En lien avec les feux tricolores, ils permettent la régulation et la gestion du trafic routier en milieu urbain via le réglage des cycles de signalisation.

 

Localisation des capteurs électromagnétiques. Copyright J.
Localisation des capteurs électromagnétiques. Copyright J. Emery

Ces données sur la circulation, enregistrées avec une précision au quart d’heure, sont des données accessibles et peu mobilisées par les acteurs du transport routier. Elles permettent de mesurer 12,5% du réseau dijonnais. Leur usage permet de se détacher des modèles déterministes (dit classique à quatre étapes) et offre l’opportunité de développer un modèle d’affectation du trafic.

Pour rendre compte du trafic, Justin a modélisé un graphe théorique orienté avec des éléments temporels basé sur l’organisation/sur l’algorithme des colonies de fourmis.

Après des prétraitements (valeurs manquantes, aberrantes…) sur Matlab afin de calculer ce modèle, le choix s’est porté sur la plateforme de simulation open-source GAMA. Elle permet d’intégrer plus facilement un shapefile et de générer des populations synthétiques plus importantes. Le modèle multi-agent permet de mieux rendre compte des interactions agents/agents et agents/environnement soit l’action d’un agent vers un autre agent et de l’interaction de ses agents avec son environnement.

 

Modélisation SMA : environnement (graphe orienté) et situation des stations de comptages routiers. J.
Modélisation SMA : environnement (graphe orienté) et situation des stations de comptages routiers. Copyright : J. Emery.

Une vidéo proposée lors du goûter complète la présentation en exposant la méthodologie, le modèle puis le fonctionnement du modèle multi-agent.

La suite des travaux de thèse permettra d’améliorer le modèle et de mieux percevoir les incidences de la circulation routière en termes de qualité de l’air.

Quelques ressources pour approfondir :

Le mémoire de Master 2 « La qualité de l’air liée au transport routier en milieu urbain » dont la thèse de Justin est la suite.

Le modèle des colonies de fourmis

L’explication avec un exemple détaillé sur le site Développez

La plateforme GAMA

Un article sur la plate-forme GAMA et les données géographiques sur Cybergeo

Un TPE présentant un comparatif de plateforme de simulation, dont GAMA.

 

ArcGIS, PostgreSQL, GRASS, MySQL, PostGIS, ACCESS, QGIS… Quelles différences?

L’importance numérique des données traitées par Justin soulève des interrogations sur le choix de la base de données et des outils permettant les analyses. D’autant que le doctorat ne suppose pas de connaître l’ensemble des possibilités des logiciels traitant de l’information géographique.

Pour ces interrogations, Ludovic conseille aux doctorants des laboratoires associés à la MSH de solliciter l’expertise de la plateforme : conseil, aide technique ponctuelle… Vous trouverez sur la page de la plateforme les heures d’ouverture.

Les logiciels cités dans le titre permettent visualiser, manipuler et analyser l’information géographique.

ACCESS reprend les possibilités des bases de données mais avec les limites déjà énoncées dans un dernier post.

PostgreSQL et MySQL sont des bases de données relationnelles qui mettent en forme les données au sein de tables reliées entre elles.

PostGIS est la cartouche spatiale de PostgreSQL : elle propose de nombreuses possibilités d’analyses dans ce domaine. Ces fonctions commencent par « ST_ » pour Spatial Type, comme ST_distance pour obtenir la distance entre deux géométries.

On interroge PostgreSQL/GIS et MySQL en SQL afin de sélectionner les données et effectuer certains calculs statistiques.

ArcGIS (propriétaire) et QGIS (libre) sont des logiciels SIG. Ils permettent de visualiser les données géographiques et de les analyser.

GRASS GIS est un logiciel libre très utilisé pour les analyses de données raster. Quelques références permettent d’en saisir les subtilités. Notons que QGIS propose une extension GRASS et l’accès, grâce à la boîte à outils de traitement, aux géoalgorithmes de GRASS.

 

Fin du goûter et date de la prochaine séance

Les discussions se prolongent autour du buffet composé d’un énorme fondant au chocolat et d’un gâteau noisettes-amandes-pruneaux. Prochain rendez-vous le jeudi 3 avril 2014 à 15h, salle 214 !

Compte-rendu : goûter de la géomatique du jeudi 6 février 2014

15h : présentations

Rappelons les origines des goûters : son ouverture à tous, notamment aux débutants curieux. Un rapide tour de table présente encore une fois la diversité des profils des utilisateurs de l’information spatiale.

Étaient présents Laure, Ludovic, Lucile, Maxime, Delphine, Luc, Estelle docteur en géo-archéologie, Jean-Louis chercheur en géographie, Thibault doctorant travaillant sur le mobilier métallique de l’âge de fer, Sileymane, doctorant en économie spatiale tout en travaillant à la MSH sur l’évaluation des politiques publiques, ainsi que David, ingénieur d’étude en archéométrie au laboratoire ArTeHiS.

Présenter un des 10 métiers d’avenir aux étudiants en Licence

Pour préparer une présentation à destination des étudiants de Licence au département de géographie, Maxime demande quelques retours des participants sur l’exercice de la géomatique.

Laure rappelle que l’information spatiale fait à présent partie du quotidien. Le Ministère du redressement productif a d’ailleurs classé la fonction de géomaticien parmi les dix métiers d’avenir. La mention de l’article, notamment le salaire annoncé qui semble davantage celui d’une personne ayant des compétences en informatique et/ou en développement, fait rappeler les craintes des étudiants vis-à-vis de ces compétences très présentes dans les offres d’emploi.

Le Petit guide pratique de la géomatique à destination des employeurs, des candidats et des formateurs de l’AFIGEO sur le métier de géomaticien indique d’ailleurs « le problème du manque de géomaticiens disposant d’une réelle formation informatique est actuellement encore difficile à résoudre car une formation rapide est souvent suffisante à un développeur informatique pour se spécialiser en géomatique et rares sont encore les formations informatiques qui intègrent des modules de géomatique », même s’il rappelle que les métiers de la géomatique sont très diversifiées et ne sauraient s’y limiter.

Laure fait un point historique : ce phénomène est dû à la double composante de la géomatique : informatique et géographie, plutôt orientée actuellement vers l’informatique. En effet, contrairement à d’autres pays, la géomatique n’est pas une discipline à part entière et étudiée comme telle (comme le Canada, par exemple ici).

Un tour de table rapide recentre la problématique : les recruteurs connaissent mal le métier de géomaticien qui peut prendre de multiples formes. En conséquence, il peut leur être difficile de rédiger une offre d’emploi adaptée au profil spécifique recherché et plus facile de lister des compétences attendues très larges, mais au final inutiles.

La mention d’un langage dans une offre de géomaticien ne doit donc pas effrayer les étudiants. Des métiers de géomaticien ne requièrent aucune ligne de commande. Maîtriser et formaliser les concepts ou les idées, les extraire des livres, rédiger des cahiers des charges sont souvent tout aussi importants.

Ludovic rappelle son métier de géomaticien développeur : automatiser et développer des nouvelles fonctionnalités. Une certaine maturité sur les objets et un niveau de formalisme des modèles est nécessaire.

Jean-Louis conclut par son expérience assez longue sur le sujet. Si les outils ont beaucoup évolués, cette véritable révolution s’applique moins sur les concepts et les interrogations à avoir. A quelle question veut-on répondre ? De quoi a-t-on besoin ? Quelles réflexions spatiales formuler (pourquoi un phénomène se trouve à tel endroit et comment inter-agit-il avec un autre ?) ? Il renouvelle l’importance de la réflexion et tempère les peurs face aux techniques qui sont avant tout des outils.

Une pause permet de goûter ce que les participants avaient prévus pour gâter les papilles. Des meringues névés, de délicieux gâteaux noisettes-chocolat, un brownie chocolat-polenta, une brioche aux arabesques gothiques et pépites de chocolat. Jean-Louis a proposé de goûter des biscuits japonais.

Meringue névé
Meringue névé
Copyright : D.MONTAGNE 2014

ACCESS : quels avantages et limites dans son utilisation ?

Les doctorants s’interrogent sur la base de données ACCESS qu’ils utilisent pour leur thèse et des limites que pourrait avoir le logiciel au cours de leurs travaux.

L’outil répond aux utilisations en connaissant les concepts des BDD.

Néanmoins, son ergonomie peut laisser croire que n’importe qui peut l’utiliser et engendrer parfois des erreurs de conceptions et l’utilisation de données incohérentes.

Son utilisation est limitée à un utilisateur, elle ne permet donc pas un lien avec un serveur et le web. Le nombre de données est limité ainsi que le temps des requêtes. Les requêtes fonctionnent avec du pseudo SQL.

Les déclencheurs (ou triggers), contrairement à ce qui a pu être dit au Goûter, semblent exister pour certaines versions d’ACCESS (ou tout au moins avoir un équivalent possible grâce à des macros).

Questions sur la construction d’un SIG

Une question technique et pratique fait suite sur la construction d’un SIG comprenant une carte semblable à un Scan 25 de l’IGN, rehaussée de courbes de niveau.

En visualisant les données, des conseils ont été donnés sur le passage de la projection assez ancienne de Lambert I à Lambert 93 ou long/lat WGS 84.

Pour obtenir ce fond de carte, plusieurs solutions ont été proposées.

On peut utiliser le fond de la cartographie collaborative OpenSteetMap, via l’onglet QGIS Extension/OpenLayers plugin (les fonds OCM et OCM landscape possèdent des courbes de niveau).

Ces données sont disponibles grâce à une connexion Internet. Il est possible de les télécharger (sur GeoFabrik, par exemple ici avec la Bourgogne) afin d’obtenir les données mais celles-ci seront dépourvues de mises en forme. On peut aussi créer une image du résultat en l’enregistrant dans QGIS en image géoréférencée (Projet/Sauvegarder comme image).

Le SRTM possède des données de relief offertes librement à l’échelle mondiale : grâce à QGIS, des lignes de niveau peuvent être créées facilement (Raster/Extraction/Création de contour).

En tant que chercheur, il est possible d’accéder à certaines données de l’IGN. Notons que la GEOBFC possède des données et des scans accessibles aux membres des laboratoires associés à la MSH.

Nouveauté sur les modèles numériques de terrain d’ArcGIS

Laure a présenté une nouveauté rencontrée sur ArcGIS. Les Modèles Numériques de Terrain (MNT) sont réalisés grâce à des ponctuels répartis sur la zone étudiée.

 

Le relevé GNSS après correction différentielle (image releves_topo) rapport Opération archéologique Annegray 2013 sous la responsabilité de Sébastien Bully (UMR 6298 ARTeHIS) et Emmet Marron (université de Galway), partie relevés GNSS et photogrammétrie Laure Saligny,  Thomas Huet, Ludovic Granjon (GEOBFC, MSH Dijon)
Le relevé GNSS après correction différentielle (image releves_topo)
Copyright : rapport opération archéologique Annegray 2013, sous la responsabilité de Sébastien Bully (UMR 6298 ARTeHIS) et Emmet Marron (université de Galway). Partie relevés GNSS et photogrammétrie Laure Saligny, Thomas Huet, Ludovic Granjon (GEOBFC, MSH Dijon)

L’interpolation permet de transformer les ponctuels, données discrètes, en une surface présentant le relief de manière continue. Il en existe de plusieurs types, tous un compromis entre le semis de point, l’extension choisie et le type de relief que l’on veut mettre en évidence.

Il s’agit ici de réaliser des réseaux de triangles irréguliers ralliant les points connus (TIN).

La Production du TIN (Triangular Irregular Network)
La Production du TIN (Triangular Irregular Network)
Copyright : rapport opération archéologique Annegray 2013, sous la responsabilité de Sébastien Bully (UMR 6298 ARTeHIS) et Emmet Marron (université de Galway). Partie relevés GNSS et photogrammétrie Laure Saligny, Thomas Huet, Ludovic Granjon (GEOBFC, MSH Dijon)

Depuis ArcGIS 10, dans les bases de données relationnelles, il existe une classe d’entité « MNT ».

Après avoir créé une géodatabase et activé l’extension 3D Analyst, on ajoute une classe d’entité au MNT (points topographiques relevés, masques (par exemple des vides), des lignes que l’on peut qualifier -rigides, malléables-, la zone d’étude…). On crée ensuite le MNT en spécifiant les types d’entité et un MNT multi-résolution (dont la résolution s’adapte à l’échelle de visualisation). Cette nouveauté ouvre de nouvelles possibilités d’analyses que la GEOBFC souhaite développer.

La production du MNT et des courbes de niveaux (20 cm). Rapport opération archéologique Annegray 2013 sous la responsabilité de Sébastien Bully (UMR 6298 ARTeHIS) et Emmet Marron (université de Galway). Partie relevés GNSS et photogrammétrie Laure Saligny,  Thomas Huet, Ludovic Granjon (GEOBFC, MSH Dijon)
La production du MNT et des courbes de niveaux (20 cm).
Rapport opération archéologique Annegray 2013 sous la responsabilité de Sébastien Bully (UMR 6298 ARTeHIS) et Emmet Marron (université de Galway).
Partie relevés GNSS et photogrammétrie Laure Saligny, Thomas Huet, Ludovic Granjon (GEOBFC, MSH Dijon)

17h : annonce du prochain goûter

Les dernières discussions animées se poursuivent autour des pâtisseries. Quelques annonces externes viennent l’enrichir, notamment celle d’un MOOC de géomatique et d’une session de formation organisée sur le LIDAR, le tout visible à la page Agenda. Laquelle page présente également le prochain rendez-vous des goûters, le 6 mars 2014, exceptionnellement en salle 214.

La topologie, une recette…

Comme indiqué dans notre dernier compte-rendu, nous revenons avec un exemple sur la topologie. La documentation en français étant parfois difficile à réunir, nous vous proposons une recette pas à pas.

La topologie en quelques mots…

La topologie fournit un cadre pour traiter des notions de continuité et de voisinage.

En géomatique, la topologie permet de réduire la taille du stockage (deux pays limitrophes partagent nécessairement la même frontière), de « nettoyer » des shapefiles etc. En sciences humaines, la topologie et les graphes permettent de modéliser des relations (qualitatives) quand les mesures (spatiales, quantitatives) son mal approchées.

Graphe du moulon A (ensemble de structures urbaines contigües, limité par des rues) de Saint-Antonin-Noble-Val (82), d’après le terrier de 1397 (crédit : Albane Rossi, Cécile Rivals)
Graphe du moulon (ensemble de structures urbaines contigües, limitées par des rues) de Saint-Antonin-Noble-Val (82), d’après le terrier de 1397
Copyright : Albane Rossi, Cécile Rivals

La topologie en pratique…

En nous servant de PostGIS, une base de données spatiale qui fournit des outils de topologie, nous présentons l’intégration d’un shapefile (géographique) dans un schéma topologique.

Début – Importer le shapefile test.shp dans PostGIS (avec le plugin PostGIS Shapefile and DBF loader). Dans l’interface graphique du plugin, lors de l’import du shapefile, définir son SRID comme 2154 (projection RGF93 / Lambert-93).

test.shp
Visuel du shapefile test.

1– Sous PostGIS,  dans l’onglet SQL, lancer :

CREATE EXTENSION postgis_topology;

Cette commande créée :

– l’extension topologique de PostGIS (postgis_topology) ;

– un  nouveau schéma (topology) ;

– dans ce schéma, deux tables : layer et topology ;

2– Sous PostGIS, dans l’onglet SQL, lancer :

SELECT topology.CreateTopology(‘ma_topo’, 2154, 0.5);

Où :

‘ma_topo’ est le nom du nouveau schéma topologique ;

2154 est la référence spatiale de ‘ma_topo’ elle doit être identique à celle de la colonne ‘geom’ (lors de l’import su shapefile);

0.5 est la tolérance de la topologie (voir ci-dessous) ;

Cette commande créée :

–  un  nouveau schéma topologique (‘ma_topo’) ;

–  quatre tables dans ce schéma : edge_data, face, node, relation ;

3– Sous PostGIS, dans l’onglet SQL, lancer :

SELECT topology.AddTopoGeometryColumn(‘ma_topo’, ‘public’, ‘test’, ‘topo’, ‘POLYGON’);

Où :

‘ma_topo’ est le nom du schéma topologique ;

‘public’ est le schéma géométrique ;

‘test’ est la table où sera enregistrée la colonne ‘topo’ ;

‘topo’ est la nouvelle colonne topologique dans la table ‘test’ ;

‘POLYGON’ est le type de données qui y sera enregistré ;

Cette commande créée :

– une colonne topologique dans la table ‘test’;

– une ligne dans la table ‘layer’;

4– Sous PostGIS,  dans l’onglet SQL, lancer :

UPDATE test SET topo = topology.toTopoGeom(geom, ‘ma_topo’, 1, 0.5);

Où :

‘test’ est la table qui va être modifiée ;

‘topo’ est la colonne qui va être modifiée ;

‘geom’ la colonne géométrique qui va être lue ;

‘ma_topo’ est le nom du schéma topologique ;

1 fait référence à l’identifiant enregistré dans la table layer ;

0.5 est la tolérance de la transformation topologique ‘geom’ -> ‘topo’ ;

La commande :

– remplit la colonne topo avec les données géométriques transformées (geom -> topo) ;

– remplit les quatre tables (edge_data, face, node, relation) du schéma ‘ma_topo’;

table edge_data
Aperçu de la table edge_data.

C’est la table edge_data qui contient l’information sur les relations de voisinage…

 panneau_attention A ce niveau des erreurs peuvent survenir.

Par exemple : « la fonction st_changeedgegeom(character varying, integer, geometry) n’existe pas ». Ceci est dû à un problème de search_path. Dans ce cas, fermer et relancer pgAdmin III.

Ou par exemple : « ERREUR:  Geometry SRID (un_nombre) does not match column SRID (un_autre_nombre)) ». Le SRID de la colonne ‘geometry’ ne correspond pas à celui de la colonne ‘topo’.

Fin– Importer dans un SIG (par exemple QGIS).

Topologie de test.shp
Résultat de l’opération de topologie sur le shapefile test.

La tolérance (une vertu)

Pour le shapefile test_1.shp (1), il peut y avoir des vides (gaps) et des superpositions (overlaps). L’outil Vérification de topologie de QGIS permet de les mettre en évidence (2).

shapefile test_1 avant (1) et après  (2) la vérification de sa topologie
Shapefile test_1 avant (1) et après (2) la vérification de sa topologie.

On peut savoir quelle est la distance maximale (entre deux points) de ces vides et de ces superpositions avec l’outil Mesurer une longueur de QGIS. Ici, la distance maximale est ≤ 5 m (on est en RGF93). C’est ce paramètre que l’on va rentrer dans les requêtes SQL : CreateTopology et toTopoGeom (voir ci-dessus).

SELECT topology.CreateTopology(‘ma_topo’, 0, 5);
SELECT topology.AddTopoGeometryColumn(‘ma_topo’, ‘public’, ‘test’, ‘topo’, ‘POLYGON’);
UPDATE test SET topo = topology.toTopoGeom(geom, ‘ma_topo’, 1, 5);

Il pourra encore apparaitre des erreurs qu’il faudra chercher à identifier de manière ad hoc, par exemple en levant des exceptions (voir les liens ci-dessous).

Résultat :

topologie de test_1.shp avec une tolérance de 5 degrés
Topologie de test_1.shp avec une tolérance de 5 m.

Si la tolérance avait été nulle :

SELECT topology.CreateTopology(‘ma_topo’, 0, 0);
SELECT topology.AddTopoGeometryColumn(‘ma_topo’, ‘public’, ‘test’, ‘topo’, ‘POLYGON’) As new_layer_id;
UPDATE test SET topo = topology.toTopoGeom(geom, ‘ma_topo’, 1, 0);
topologie de test_1.shp sans tolérance (tolérance=0)
Topologie de test_1.shp sans tolérance (tolérance=0).

Liens sur la topologie dans PostGIS :

simplifier un ensemble de polygones limitrophes (départements)

nettoyer un ensemble de lignes (réseau routier)

Une excellente manière de continuer à ‘topologiser’ en bandes dessinées  :

le Topologicon.pdf