Archives par mot-clé : géologie

Formation en simulation multi-agent, géologie et LIDAR forestier

Dans un dernier post, nous avons mentionné la Simulation Multi-Agents (SMA) aux techniques bien particulières. L’université de Franche-Comté propose une formation gratuite aux néophytes du 8 au 10 juillet Atelier SMA SH Simulation Multi-Agents et calcul Haute Performance. Les informations sont disponibles dans ce document : Atelier_SMASHPC_SMA&calcul_ht_performance. L’inscription s’effectue à cette adresse.

Pour les géo-archéologues, la plateforme FUN des MOOCs francophones propose un cours Roches et minéraux courants : genèse, identification et utilisations commencé le 5 juin 2014. Les apprenants intéressés peuvent se rendre ici pour plus d’informations.

Vous avez jusqu’au 30 juin EDIT : la date d’inscription a été repoussée fin juillet pour vous inscrire à l’école d’été Photogrammétrie et archéologie proposée par l’ENSG.

EDIT : Pour les étudiants en Master et les Doctorants intéressés par le LIDAR et pour qui travailler en anglais n’est pas un obstacle n’hésitez pas à regarder le programme de l’école d’été « Nouvelles technologies pour la valorisation des forêts de montagne« . Elle est gratuite, si ce n’est le transport jusqu’en Italie, et quelques places sont encore disponibles.

Vous trouverez toutes les dates dans la page Agenda. Bon cours aux intéressés !

Compte-rendu : goûter de la géomatique du jeudi 7 novembre 2013

15h : tour de table d’un auditoire diversifié

Le pôle géomatique de la MSH (Laure, Ludovic, Thomas, Delphine, Emmanuel et Maxime) accueille pour ce goûter un auditoire hétéroclite : Jonhattan, qui effectue un doctorat centré sur le site d’Alésia ; Marie, doctorante ArTeHiS en archéologie qui travaille sur la fabrication de poteries dans la vallée du Rhin, Madame Fen-Chong, maître de conférence en géographie à l’Université de Bourgogne et chercheuse au laboratoire THEMA et Justin qui modélise à l’aide des systèmes multi-agents le trafic routier et la pollution de l’air. Pour soutenir les discussions, les participants ont apporté un goûter diversifié : des muffins pomme-cannelle fondants, des mini-cakes bien anglais, un beau pain d’épices pour éclaircir la gorge, un gâteau au chocolat qui ravie les gourmands et des boissons réconfortantes en ce froid mois de novembre.

Des questions de sources et de techniques sur QGIS

La séance commence par une carte issue d’un travail de synthèse géologique sur plusieurs pays. Première question : comment trouver des sources géologiques dans différents pays ? La carte a été effectuée grâce au site OneGeology mais des carences demeurent pour d’autres pays européen. Des solutions provisoires ont été avancées… Affaire à suivre.

La deuxième question porte sur la cartographie avec quelques conseils de présentation : sémiologie graphique, harmonisation des nombreuses couches de la légende, création d’étiquettes et gestion de cartes avec le composeur d’impression.

A noter que Ludovic proposera une formation QGIS pour les doctorants en début d’année 2014.

Mise en abime d’un résumé : présentation d’une synthèse de l’école d’été sur le paysage de Padoue

Jonhattan, qui a participé à l’école d’été sur le paysage de Padoue du 23-28 septembre 2013 a effectué un compte-rendu des participations. Cette cession portait sur le changement du paysage sur une échelle diachronique et se composait de présentations théoriques (dont le LIDAR), de cessions pratiques, de présentations centrées sur plusieurs pays ou de programmes en cours sur le paysage.

On peut noter parmi les participants G.P Broglio, A. Reynolds, J.L Martin Civantos (programme Memola sur la mémoire du paysage comportant des éléments de géologie, de géographie, d’économie et d’ethnographie). Sur le LIDAR S.Crutchley, D.Powlesland et A.de Guio. Pour des études bio-archéologiques G. Fiorentino sur la forêt du sud, sur l’incultum S.Burri. Sur la thématique de la lecture sur sol et de l’impact anthropologique dans son évolution, R.langohr, C.Nicosia et Y.Devos. Pour les modèles prédictifs, interpréter l’analyse des capacités du paysage, C.Citter.

Intérêt de l’utilisation du LIDAR en archéologie : un exemple sur le site d’Alésia

Après une pause permettant de « mettre les papilles au niveau du cerveau », Jonattan Vidal poursuit par une présentation de ses travaux effectuée aux journées LIDAR de l’université Paris 1.

Le LIDAR (pour LIght Detection And Ranging) permet une approche renouvelée en archéologie en permettant de détecter des anomalies de surface impossibles à détecter sur des photos aériennes ou sur un terrain étendu.

Les travaux présentés se localisent sur le site connu d’Alésia, oppidum du deuxième âge du fer, capitale du peuple Mandubien.

Présentation de la zone d'étude
Présentation de la zone d’étude

Un rapide historique permet de se mettre en situation : en 52 av J.C, lors de la Guerre des Gaules, les légions de César font siège autour de la coalition gauloise. Celui-ci dure environ 2 mois et des fortifications temporaires (bois, terre) ont été pour certaines retrouvées par les archéologues (fouilles, photographies aériennes).

Une couverture LIDAR permet une analyse de la pente de ce site.

Couverture LIDAR Copyright : J. VIDAL
Couverture LIDAR de la zone
Copyright : J. VIDAL

Lors d’une première étude appliquée à un camp au nord de la zone, le résultat permet de visualiser le camp et de remarquer que ce dernier suit les lignes de pente.

Sur un deuxième camp, une combinaison de plusieurs ombrages permet de voir des irrégularités de relief indécelables sur le site : elles sont très légères et sur une surface trop importante pour une reconnaissance à l’œil. Cette analyse permet de montrer un décalage entre les prévisions des archéologues et la démonstration du LIDAR et de la corriger.

Camp B partiellement fouillé, tracé approximatif du camp d'après les recherches du XIXème siècle, le LIDAR permet de le voir et de rectifier ce tracé. Copyright : J. VIDAL
Camp B partiellement fouillé, tracé approximatif du camp d’après les recherches du XIXème siècle.
Le LIDAR permet de le voir et de rectifier ce tracé.
Copyright : J. VIDAL

Enfin, dans un dernier cas, l’étude a permis de remarquer que le lissage d’une résolution à 1m permet de détecter plus d’éléments qu’une résolution à 25cm lorsqu’il s’agit de repérer des anomalies de grande étendue.

MNT à 25cm, 50cm et 1m Copyright J. VIDAL
MNT à 25cm, 50cm et 1m
Copyright : J. VIDAL

L’intervention se poursuit par une discussion sur le LIDAR et ses utilisations dans diverses thématiques géographiques. Il est fait mention des indices en construction : Sky view Factor -sur SAGA GIS (terrain analysis/visibility/sky view factor)-, LRM (Local Relief Models) qui permettront de détecter les irrégularités en archéologie.

Fin de goûter…

Il restait à remercier les participants de leur présence (ainsi que celle de leurs gâteaux), de leurs questions et de leur écoute. Voilà qui est fait !

Prochaine séance le jeudi 5 décembre 2013 où l’on parlera notamment de réseaux Internet et de géographie !