Archives par mot-clé : formation

Compte-rendu Goûter de la Géomatique du 29 février 2016

Comme annoncé, un goûter de la géomatique a eu lieu le lundi 29 février 2016, à 10 :00, réunissant les membres de la plateforme GéoBFC (Laure, Elise, Ludovic, Jonhattan et Lucile) et plusieurs curieux : Damien, Fabrice, Rémi, Seydou et Zoran.
Le goûter s’est déroulé autour des quelques douceurs du jour et d’un café ; au programme : gâteau au chocolat et carrot-cake !
Des points d’actualités ont été évoqués :

La géomatique à l’heure des MOOC

Dans la continuité des MOOC (‘Massive Open Online Course’) présentés en 2014, d’autres abordent actuellement de près ou de loin la géomatique
Sur COURSERA : Eléments de géomatique, Ecole Polytechnique de Lausanne, commencé le 19 février 2016.
=> Bonne nouvelle, une seconde session de ce Mooc s’ouvre et aura lieu entre le 18 avril et le 3 juillet 2016! Vous pouvez vous inscrire ici.
Sur FUN : les statistiques en force (bien utiles en complément) !

L’Année Internationale de la Cartographie et de la géovisualisation

Dans un second temps, nous avons évoqué L’Année Internationale de la Cartographie et de la géovisualisation, décrétée par l’ONU.
Cette année  Internationale de la Cartographie et de la géovisualisation a pour but de célébrer les cartes et leurs rôle dans le monde. C’est l’opportunité pour de multiples institutions d’organiser des manifestations, des conférences, des expositions,  etc. pour promouvoir les cartes.

IMY_logo_300x100Logo de l’Année internationale de la Carte (http://mapyear.org/)

Des comités par pays ont été réunis pour organiser l’année Internationale de la Cartographie (http://mapyear.org/nations-signed-up/ )
Un ouvrage accessible à tous (libre et gratuit) est accessible : Le Monde des cartes
Plusieurs évènements ont lieu  :

Pour suivre les évènements et les manifestations : http://mapyear.org/events/

Par la suite Jonhattan Vidal nous a présenté un aspect de son travail sur les Antilles Françaises.

Défense côtière des Antilles françaises (1635-1850), cartographie ancienne et prospection pédestre (Jonhattan Vidal).

Jonhattan travaille depuis une dizaine d’années dans les Antilles Françaises dans le cadre d’un programme soutenu par les services régionaux de Guadeloupe et de Martinique. Il recense les différents forts et batteries militaires  servant à la défense des îles de la Guadeloupe, des Saintes et de la Martinique, édifiés entre le XVIIème et le XIXème siècle pour faire face aux attaques régulières de la flotte britannique et des pirates croisant dans les caraïbes. Son travail se base sur des documents d’archives et des cartes anciennes qui l’aident à circonscrire les zones de localisation potentielles de ces constructions militaires. A partir du dépouillement de cette cartographie historique, Jonhattan effectue des prospections pédestres pour retrouver et géolocaliser  les vestiges de ces constructions militaires (GPS). Il relève les plans des édifices et réalise un examen archéologique des structures (matériaux, morphologie, typologie, évolution du bâti). Il étudie également les bouches à feux qui équipaient ces fortifications et dont subsistent des exemplaires plus ou moins fragmentaires. L’étude typologique et archivistique de ces artefacts permet d’en dater l’usage et d’en déterminer les provenances. Ce travail a permis le recensement de plus d’une centaine de vestiges de constructions militaires et d’environ 200 matériels d’artillerie.

Image10Secteur est de la commune de Sainte-Anne, extrait de la carte générale de la Guadeloupe levée par les Ingénieurs Géographes du Roy entre 1764 et 1769, Service Historique de la Défense (7B 123). JV 2007.

Jonhattan a intégré ses données dans un SIG, ce qui lui permet d’effectuer la cartographie des forts et batteries militaires. Les objectifs du SIG seraient pour Jonhattan d’effectuer un certain nombre d’analyses spatiales pour comprendre :
  • l’organisation de la défense côtière sur les différentes îles des Antilles, notamment par l’implantation des constructions militaires qu’il a recensées, et en comparaison avec les systèmes théoriques exposés dans les documents d’archives,
  • la détermination de zones à fort potentiel d’archéologie sous-marine, où des épaves de navires pourraient être mises au jour, notamment par l’analyse spatiale de la portée de tirs des matériels d’artillerie depuis les vestiges des batteries côtières.

Image1 Vue depuis la batterie de la Baie du Marigot, Les Saintes, Terre-de-Haut. JV 2009

Sur ce dernier point, Jonhattan a évoqué la méthodologie qu’il envisageait mettre en œuvre. Pour délimiter des zones maritimes où se trouvent potentiellement des épaves de navires, il se base sur sa connaissance des portées de tir des bouches à feux, acquise à travers son travail archivistique et bibliographique. En effet, les portées de tir dépendent du type de canon utilisé (calibre, format, etc.) et de l’évolution par période de la technologie militaire en terme matériel et balistique. A partir de ces constats, Jonhattan envisage d’effectuer plusieurs analyses spatiales basées sur les distances de ces portées de tir, notamment le calcul de zones-tampons (buffers) autour des forts et bastions ayant livré ces dispositifs d’artillerie. Les dispositifs de défense sont essentiellement tournés vers la mer, et de fait, Jonhattan a évoqué son souhait d’adapter sa méthode pour prendre en compte la contrainte de limite côtière dans son étude SIG. Une discussion s’est ouverte sur ce point entre les différents participants du goûter de la géomatique sur la possibilité d’exploiter les paramètres des calculs de visibilité (distance, limite), la limite côtière, l’orientation et/ou les angles de tir dans son analyse.
Par la suite, Jonhattan a évoqué son souhait d’exploiter de nouvelles données comme les acquisitions LIDAR terrestre et bathymétrique du Litto3D conduite de manière conjointe par l’IGN et le SHOM sur l’ensemble du littoral national et qui couvrent de ce fait toute la côte des îles caraïbes françaises, de même que la BD RGE ALTI® -IGN-2016) au pas de 5 m.

Formation en simulation multi-agent, géologie et LIDAR forestier

Dans un dernier post, nous avons mentionné la Simulation Multi-Agents (SMA) aux techniques bien particulières. L’université de Franche-Comté propose une formation gratuite aux néophytes du 8 au 10 juillet Atelier SMA SH Simulation Multi-Agents et calcul Haute Performance. Les informations sont disponibles dans ce document : Atelier_SMASHPC_SMA&calcul_ht_performance. L’inscription s’effectue à cette adresse.

Pour les géo-archéologues, la plateforme FUN des MOOCs francophones propose un cours Roches et minéraux courants : genèse, identification et utilisations commencé le 5 juin 2014. Les apprenants intéressés peuvent se rendre ici pour plus d’informations.

Vous avez jusqu’au 30 juin EDIT : la date d’inscription a été repoussée fin juillet pour vous inscrire à l’école d’été Photogrammétrie et archéologie proposée par l’ENSG.

EDIT : Pour les étudiants en Master et les Doctorants intéressés par le LIDAR et pour qui travailler en anglais n’est pas un obstacle n’hésitez pas à regarder le programme de l’école d’été « Nouvelles technologies pour la valorisation des forêts de montagne« . Elle est gratuite, si ce n’est le transport jusqu’en Italie, et quelques places sont encore disponibles.

Vous trouverez toutes les dates dans la page Agenda. Bon cours aux intéressés !

Compte-rendu : goûter de la géomatique du jeudi 6 février 2014

15h : présentations

Rappelons les origines des goûters : son ouverture à tous, notamment aux débutants curieux. Un rapide tour de table présente encore une fois la diversité des profils des utilisateurs de l’information spatiale.

Étaient présents Laure, Ludovic, Lucile, Maxime, Delphine, Luc, Estelle docteur en géo-archéologie, Jean-Louis chercheur en géographie, Thibault doctorant travaillant sur le mobilier métallique de l’âge de fer, Sileymane, doctorant en économie spatiale tout en travaillant à la MSH sur l’évaluation des politiques publiques, ainsi que David, ingénieur d’étude en archéométrie au laboratoire ArTeHiS.

Présenter un des 10 métiers d’avenir aux étudiants en Licence

Pour préparer une présentation à destination des étudiants de Licence au département de géographie, Maxime demande quelques retours des participants sur l’exercice de la géomatique.

Laure rappelle que l’information spatiale fait à présent partie du quotidien. Le Ministère du redressement productif a d’ailleurs classé la fonction de géomaticien parmi les dix métiers d’avenir. La mention de l’article, notamment le salaire annoncé qui semble davantage celui d’une personne ayant des compétences en informatique et/ou en développement, fait rappeler les craintes des étudiants vis-à-vis de ces compétences très présentes dans les offres d’emploi.

Le Petit guide pratique de la géomatique à destination des employeurs, des candidats et des formateurs de l’AFIGEO sur le métier de géomaticien indique d’ailleurs « le problème du manque de géomaticiens disposant d’une réelle formation informatique est actuellement encore difficile à résoudre car une formation rapide est souvent suffisante à un développeur informatique pour se spécialiser en géomatique et rares sont encore les formations informatiques qui intègrent des modules de géomatique », même s’il rappelle que les métiers de la géomatique sont très diversifiées et ne sauraient s’y limiter.

Laure fait un point historique : ce phénomène est dû à la double composante de la géomatique : informatique et géographie, plutôt orientée actuellement vers l’informatique. En effet, contrairement à d’autres pays, la géomatique n’est pas une discipline à part entière et étudiée comme telle (comme le Canada, par exemple ici).

Un tour de table rapide recentre la problématique : les recruteurs connaissent mal le métier de géomaticien qui peut prendre de multiples formes. En conséquence, il peut leur être difficile de rédiger une offre d’emploi adaptée au profil spécifique recherché et plus facile de lister des compétences attendues très larges, mais au final inutiles.

La mention d’un langage dans une offre de géomaticien ne doit donc pas effrayer les étudiants. Des métiers de géomaticien ne requièrent aucune ligne de commande. Maîtriser et formaliser les concepts ou les idées, les extraire des livres, rédiger des cahiers des charges sont souvent tout aussi importants.

Ludovic rappelle son métier de géomaticien développeur : automatiser et développer des nouvelles fonctionnalités. Une certaine maturité sur les objets et un niveau de formalisme des modèles est nécessaire.

Jean-Louis conclut par son expérience assez longue sur le sujet. Si les outils ont beaucoup évolués, cette véritable révolution s’applique moins sur les concepts et les interrogations à avoir. A quelle question veut-on répondre ? De quoi a-t-on besoin ? Quelles réflexions spatiales formuler (pourquoi un phénomène se trouve à tel endroit et comment inter-agit-il avec un autre ?) ? Il renouvelle l’importance de la réflexion et tempère les peurs face aux techniques qui sont avant tout des outils.

Une pause permet de goûter ce que les participants avaient prévus pour gâter les papilles. Des meringues névés, de délicieux gâteaux noisettes-chocolat, un brownie chocolat-polenta, une brioche aux arabesques gothiques et pépites de chocolat. Jean-Louis a proposé de goûter des biscuits japonais.

Meringue névé
Meringue névé
Copyright : D.MONTAGNE 2014

ACCESS : quels avantages et limites dans son utilisation ?

Les doctorants s’interrogent sur la base de données ACCESS qu’ils utilisent pour leur thèse et des limites que pourrait avoir le logiciel au cours de leurs travaux.

L’outil répond aux utilisations en connaissant les concepts des BDD.

Néanmoins, son ergonomie peut laisser croire que n’importe qui peut l’utiliser et engendrer parfois des erreurs de conceptions et l’utilisation de données incohérentes.

Son utilisation est limitée à un utilisateur, elle ne permet donc pas un lien avec un serveur et le web. Le nombre de données est limité ainsi que le temps des requêtes. Les requêtes fonctionnent avec du pseudo SQL.

Les déclencheurs (ou triggers), contrairement à ce qui a pu être dit au Goûter, semblent exister pour certaines versions d’ACCESS (ou tout au moins avoir un équivalent possible grâce à des macros).

Questions sur la construction d’un SIG

Une question technique et pratique fait suite sur la construction d’un SIG comprenant une carte semblable à un Scan 25 de l’IGN, rehaussée de courbes de niveau.

En visualisant les données, des conseils ont été donnés sur le passage de la projection assez ancienne de Lambert I à Lambert 93 ou long/lat WGS 84.

Pour obtenir ce fond de carte, plusieurs solutions ont été proposées.

On peut utiliser le fond de la cartographie collaborative OpenSteetMap, via l’onglet QGIS Extension/OpenLayers plugin (les fonds OCM et OCM landscape possèdent des courbes de niveau).

Ces données sont disponibles grâce à une connexion Internet. Il est possible de les télécharger (sur GeoFabrik, par exemple ici avec la Bourgogne) afin d’obtenir les données mais celles-ci seront dépourvues de mises en forme. On peut aussi créer une image du résultat en l’enregistrant dans QGIS en image géoréférencée (Projet/Sauvegarder comme image).

Le SRTM possède des données de relief offertes librement à l’échelle mondiale : grâce à QGIS, des lignes de niveau peuvent être créées facilement (Raster/Extraction/Création de contour).

En tant que chercheur, il est possible d’accéder à certaines données de l’IGN. Notons que la GEOBFC possède des données et des scans accessibles aux membres des laboratoires associés à la MSH.

Nouveauté sur les modèles numériques de terrain d’ArcGIS

Laure a présenté une nouveauté rencontrée sur ArcGIS. Les Modèles Numériques de Terrain (MNT) sont réalisés grâce à des ponctuels répartis sur la zone étudiée.

 

Le relevé GNSS après correction différentielle (image releves_topo) rapport Opération archéologique Annegray 2013 sous la responsabilité de Sébastien Bully (UMR 6298 ARTeHIS) et Emmet Marron (université de Galway), partie relevés GNSS et photogrammétrie Laure Saligny,  Thomas Huet, Ludovic Granjon (GEOBFC, MSH Dijon)
Le relevé GNSS après correction différentielle (image releves_topo)
Copyright : rapport opération archéologique Annegray 2013, sous la responsabilité de Sébastien Bully (UMR 6298 ARTeHIS) et Emmet Marron (université de Galway). Partie relevés GNSS et photogrammétrie Laure Saligny, Thomas Huet, Ludovic Granjon (GEOBFC, MSH Dijon)

L’interpolation permet de transformer les ponctuels, données discrètes, en une surface présentant le relief de manière continue. Il en existe de plusieurs types, tous un compromis entre le semis de point, l’extension choisie et le type de relief que l’on veut mettre en évidence.

Il s’agit ici de réaliser des réseaux de triangles irréguliers ralliant les points connus (TIN).

La Production du TIN (Triangular Irregular Network)
La Production du TIN (Triangular Irregular Network)
Copyright : rapport opération archéologique Annegray 2013, sous la responsabilité de Sébastien Bully (UMR 6298 ARTeHIS) et Emmet Marron (université de Galway). Partie relevés GNSS et photogrammétrie Laure Saligny, Thomas Huet, Ludovic Granjon (GEOBFC, MSH Dijon)

Depuis ArcGIS 10, dans les bases de données relationnelles, il existe une classe d’entité « MNT ».

Après avoir créé une géodatabase et activé l’extension 3D Analyst, on ajoute une classe d’entité au MNT (points topographiques relevés, masques (par exemple des vides), des lignes que l’on peut qualifier -rigides, malléables-, la zone d’étude…). On crée ensuite le MNT en spécifiant les types d’entité et un MNT multi-résolution (dont la résolution s’adapte à l’échelle de visualisation). Cette nouveauté ouvre de nouvelles possibilités d’analyses que la GEOBFC souhaite développer.

La production du MNT et des courbes de niveaux (20 cm). Rapport opération archéologique Annegray 2013 sous la responsabilité de Sébastien Bully (UMR 6298 ARTeHIS) et Emmet Marron (université de Galway). Partie relevés GNSS et photogrammétrie Laure Saligny,  Thomas Huet, Ludovic Granjon (GEOBFC, MSH Dijon)
La production du MNT et des courbes de niveaux (20 cm).
Rapport opération archéologique Annegray 2013 sous la responsabilité de Sébastien Bully (UMR 6298 ARTeHIS) et Emmet Marron (université de Galway).
Partie relevés GNSS et photogrammétrie Laure Saligny, Thomas Huet, Ludovic Granjon (GEOBFC, MSH Dijon)

17h : annonce du prochain goûter

Les dernières discussions animées se poursuivent autour des pâtisseries. Quelques annonces externes viennent l’enrichir, notamment celle d’un MOOC de géomatique et d’une session de formation organisée sur le LIDAR, le tout visible à la page Agenda. Laquelle page présente également le prochain rendez-vous des goûters, le 6 mars 2014, exceptionnellement en salle 214.