L’Analyse des données LiDAR pour la prospection archéologique dans la forêt du Val Suzon (21)

Le dernier goûter de la géomatique a eu lieu le mardi 25 avril 2016, à 15 :00, réunissant les membres de la plateforme GéoBFC (Elise, Ludovic, Arthur et Lucile) et plusieurs curieux : Amélie, Emmanuel, Franck et Jean-Pierre.

Le goûter s’est déroulé autour des douceurs ramenées pour l’occasion et d’un café : cake au nutella et biscuits.

Lors du Goûter de la Géomatique, Rémi Landois (UMR 6298 ARTéHIS) a présenté  son travail:

L’Analyse des données LiDAR pour la prospection archéologique dans la forêt du Val Suzon (21).

R. Landois

Dans le cadre de la labellisation « Forêt d’Exception » du massif du Val Suzon, une thèse intitulée « Éco-dynamiques d’un espace forestier et des activités humaines : la forêt du Val Suzon sur le temps long. » a débuté en septembre 2015. Elle porte sur un massif forestier d’environ 3000 hectares situé à quelques kilomètres de Dijon, et s’intéresse notamment à la question des impacts et des héritages des activités humaines sur ce territoire. Ce travail de recherche mobilise plusieurs sources telles que les archives textuelles ou encore les données LiDAR*  acquises en 2013 pour l’Office National des Forêts.

En effet, la technologie LiDAR est utilisée pour la prospection archéologique depuis plusieurs années, comme par exemple pour la forêt de la Haye près de Nancy ou la forêt de Chailluz près de Besançon. L’utilisation de différentes méthodes de traitement et de visualisation de ces données permet d’identifier des anomalies (micro-) topographiques, qui peuvent correspondre, pour certaines d’entre elles, à des structures archéologiques. On peut ainsi obtenir un relevé précis de ces vestiges sur une vaste zone, apportant un regard nouveau sur ces territoires forestiers.

Illustration_Gouter_GéomatiqueExtrait du LiDAR du Val Suzon, parcellaire gallo-romain sous forêt (traitement : Local Relief Model) – RL 2016

On a pu détecter dans la forêt de Val Suzon, un important parcellaire gallo-romain préservé par la végétation, qui s’étend sur les plateaux calcaires. L’analyse des données LiDAR a également permis de retrouver un village médiéval abandonné durant le XIème siècle, dont le nom perdurait toujours dans la toponymie actuelle. Cet outil ne permet pas seulement d’identifier des sites d’occupation anciens, puisqu’il permet également de révéler des traces plus discrètes d’activités humaines. On trouve par exemple une multitude de places à charbon ou charbonnières dans le Val Suzon. Plus exceptionnelles, des traces laissées par le passage répété d’animaux ont été décelées sur le plateau surplombant la commune de Messigny. Ces structures qui possèdent une élévation ne dépassant pas la dizaine de centimètres, sont quasiment indétectables sur le terrain et pourraient dater de l’époque moderne.

Ces nouvelles découvertes reflètent le potentiel remarquable du LiDAR pour la prospection sous forêt, et permettront d’engager de nouvelles réflexions sur l’histoire du Val Suzon. De nombreuses perspectives quant à l’exploitation de ces données restent donc à explorer.

*« Light detection and ranging »

Par ailleurs, Ludovic Granjon (USR 3516 MSH Dijon) nous a fait une Démonstration des possibilités d’atlas dans QGIS, laquelle fera l’objet d’un article sur ce carnet Hypothèses.

 

Prochain Goûter de la géomatique : lundi 23 Mai à 10h

Le prochain Goûter de la géomatique organisé par la plateforme GEOBFC aura lieu le lundi 23 mai 2016 à 10h à la MSH de Dijon (salle des Thèses)

Ce mois-ci, nous discuterons :

– avec Yohan Sahraoui (MSHE Ledoux USR 3124 – ThéMA UMR 6049) de : Modéliser les réseaux écologiques et le paysage visible à partir de données d’occupation du sol

– avec Lucile Pillot (MSH Dijon USR 3516) de : La création de cartes de flux sous QGIS.

Si vous souhaitez présenter ou discuter un aspect ou une question autour de l’information spatiale, de la cartographie ou de la géomatique, n’hésitez pas à nous rejoindre!

Rendez-vous à 10h à la MSH de Dijon (salle des Thèses)