Créer des PDF dynamiques sous QGIS et Scribus

Lors du Goûter de la Géomatique du 29 mars 2016, nous avons présenté la possibilité de créer des PDF dynamiques sous QGIS et Scribus. 

Il peut en effet être intéressant de créer un pdf dynamique, un pdf multi-couches, permettant l’activation ou la disparition des couches qui composent la carte, par l’utilisateur en les cochant ou les décochant.  Un pdf multi-couches a l’avantage d’être utilisé facilement par tous.

arton24Logo de Scribus (https://www.scribus.net/)

Vous trouverez dans cette article un tutoriel pour l’utilisation de Scribus pour créer une carte en PDF dynamique.

Dans ce tutoriel, nous utilisons:

Pour visualiser et télécharger une carte en PDF dynamique, c’est ici (attention, son ouverture nécessite le téléchargement d’Adobe Acrobat Reader DC).

Pour télécharger le tutoriel en version PDF, c’est ici.

Petits détournements de la cartographie – 1

Des détournements de la cartographie qui ont attiré notre attention (arts, communication, etc.)

L’œuvre ‘Globe Peace’ de Yoko Ono 

Exposition  « Yoko Ono, lumière de l’aube », au Musée d’art contemporain de Lyon

Une rétrospective dédiée à l’artiste Yoko Ono occupe les trois niveaux et le hall d’entrée du Musée d’Art Contemporain de Lyon, dans lequel se trouvent des cartes et des globes, griffonnés et tagués. Réunis sous l’œuvre ‘Globe Peace’, des globes terrestres et des planisphères invitent le visiteur de l’exposition à intervenir dessus. Cette œuvre a été réalisée la première fois vers 1997. Dans la même veine que toutes les œuvres composant cette rétrospective, cette œuvre est construite de façon à ce que  les visiteurs en fassent une expérience directe, en participant à l’œuvre dans laquelle les idées de l’artiste se réalisent. Ici, Yoko Ono invite le visiteur à intervenir sur les globes terrestres, les cartes et les planisphères par le geste, le dessin et l’écriture, en modifiant les frontières, en transformant les noms, ou en supprimant, en ajoutant des pays. Par cette œuvre, comme le précise le cartel de l’œuvre, Yoko Ono incite à « réfléchir sur les enjeux globalisés de la géopolitique mondiale, dans un but et un esprit pacifistes ». Cette œuvre rejoint de nombreuses structures construites par Yoko Ono sur le thème « Draw your own map ».

YO_1L’œuvre ‘Globe Peace’ de Yoko Ono (photo : PL 2016)

YO_2

Un jeune visisteur dessinant sur un globe terrestre, ‘Globe Peace’ de Yoko Ono (photo : PL 2016)

Compte-rendu Goûter de la Géomatique du 29 février 2016

Le dernier goûter de la géomatique a eu lieu le mardi 29 mars 2016, à 10 :00, réunissant les membres de la plateforme GéoBFC (Laure, Elise, Ludovic, Jonhattan, Arthur et Lucile) et plusieurs curieux : Damien, Pierre et Zoran.

Le goûter s’est déroulé autour des nombreuses douceurs du jour et d’un café ; au programme : gâteau au citron, viennoiseries, biscuits, chocolats et tarte aux poires !

L’actualité scientifique a été évoquée (PL). Ayant assisté à ce colloque nous évoquerons dans ce compte-rendu, les choses qui ont attiré notre attention (ce CR n’est pas exhaustif!).

Retours sur le colloque Temps, Art et Cartographie. La sémiologie dans tous les sens

Ce colloque s’est tenu à Strasbourg du 16 au 18 mars 2016. Après quelques mots d’ouverture par les organisateurs et par les membres du Comité Français de Cartographie (CFC), le colloque a  débuté sur une introduction de C. Cauvin, titrée « Sémiotique en cartographie au XXIème siècle ? »

Dans sa présentation elle s’est interrogée sur la place, le rôle, la nécessité et la destinée de la sémiotique au XXIème siècle, face aux changements que connaît la cartographie. Rappelant la vocation de la carte comme moyen de communication fondé sur la représentation de signes, elle a souligné la mobilisation essentielle du sens visuel. Mais, face aux mutations des médias et des supports (numérique, le multimédia, etc.), la sémiotique est bouleversée, ce qui conduit à une « révolution » des savoir- et des façons de faire, mais également des usages de la carte. Les cartes deviennent manipulables, interactives, dynamiques et même multisensorielles. En outre, aujourd’hui, les cartes sont partout et utilisées par tous. Toutes ces révolutions bouleversent le langage cartographique et amènent à repenser la sémiotique. Un des autres points développés par C. Cauvin est de questionner le rôle et la place de l’utilisateur de la carte, qui devient aussi producteur; actif et non plus passif. Cette intervention de C. Cauvin a amené la salle à s’interroger sur la sémiotique face aux nouveaux usages et aux nouvelles possibilités qui s’offrent à la cartographie.

Des présentations ont questionné la place des autres sens que la vue dans le langage cartographique et sémiotique. L’intervention de R. Kern a permis d’évoquer la question du handicap face à la carte (ici la malvoyance et la cécité) et donc l’utilisation d’autres sens que la vision pour la lecture et la réalisation des cartes, notamment le toucher.

La cartographie sensible a aussi été évoquée par plusieurs communicants. L. Bacon a présenté son travail sur les mouvements migratoires dans les Balkans. Loin de la vision agrégée des cartes représentant les phénomènes de migration, elle s’est intéressée aux parcours individuels de migrants et à leurs perceptions de l’espace qu’ils ont parcourus en révélant notamment les contraintes rencontrées. Son travail rejoint un certain nombre d’expériences comme le dispositif « cartographies traverses ».

LB_mediapartLucie Bacon, Extrait de “Variations sur l’épisode migratoire de Kreuz” (mediapart)

Sur ce point, nous pouvons aussi citer les travaux d’Elise Olmedo sur la carte sensible à travers la réalisation de cartes avec et par des femmes marocaines sur leur espace vécu, parcouru et perçu.

EO_cartes_sensiblesElise Olmedo : carte sensible, plus d’info ici

L’intervention de L. Jégou a permis d’interroger le rôle de l’esthétique dans la capacité d’une carte à transmettre un message. Il a axé son propos sur l’équilibre à garder entre esthétique et sémiotique dans la réalisation cartographique.  Il a rappelé qu’une carte est un moyen de communication qui se doit d’être rapide, efficace, objectif et simple, mais tout en étant juste et précis pour exprimer toute la complexité de ce qu’il représente.  Il a souligné l’aspect hybride de la cartographie, entre Sciences et Arts. Son intervention a soulevé un certain nombre de questions quant à l’esthétique de la carte face aux révolutions technologiques et aux nouveaux supports qui s’offrent à elle.

Les nouvelles possibilités de cartographies qu’offrent le Numérique, le Web etc. ont fait l’objet de plusieurs présentations. B. Mericskay a présenté le cas du « Géoweb« . Le web permet une cartographie qu’il qualifie de « distribuée », avec l’accès à de nombreux fonds cartographiques, à des données spatialisées partagées, interopérables et à la géovisualisation. La carte n’est plus statique, elle est dynamique et/ou interactive : la relation entre le producteur, le lecteur et la carte se transforme.  On interagit avec la carte et avec les données qu’elle représente. Pourtant, il souligne qu’un des défis actuels est de développer et d’inventer une nouvelle sémiotique graphique plus adaptée : un vrai défi conceptuel, méthodologique et technique.

Ce colloque nous a amené à nous interroger sur le rôle et la conception de la carte, comme objet statique et à l’heure d’aujourd’hui, comme objet dynamique et interactif. Les codes de la cartographie et de la sémiotique s’en trouvent bouleversés et demandent à être réinventés : les producteurs de cartes doivent se les réapproprier et les adapter aux besoins de la cartographie actuelle.

Des évènements ont eu lieu dans le cadre et en marge du colloque.

Ces évènements et le colloque s’inscrivaient également dans le cadre de l’année Internationale de la Carte organisée en 2015-2016 et dont nous avons parlé le mois dernier.

  • Le café-carto (16-03- 2016) sur le thème : Langage universel de la carte : la sémiologie au service de la communication
  • L’exposition Cartologies (réalisée par et avec l’InSituLAB, du 14-03 au 23-03-2016)
  • La projection-rencontre autour du film Vidéocartographies (Till Roeskens,  17-03-2016) – Vous pouvez d’ailleurs visionner ce très beau « documentaire/film » ici.
  • L’exposition Le Dessus des cartes anciennes (1600-1800). Trésors de la Faculté de géographie et d’aménagement (Faculté de géographie et d’aménagement, 10-03 au 07-04-2016), infos ici.
  • L’exposition Théâtres du monde : découvertes cartographiques à la BNU (Salle d’Exposition – Bibliothèque Nationale Universitaire – Strasbourg, 29-02- au 24-03-2016), infos ici.

Par la suite Zoran Čučković (UMR 6249 Chrono-Environnement) nous a présenté un aspect de son travail, intitulé réseaux topographiques – un nouveau paradigme du SIG. Cette présentation fera l’objet d’un  article plus détaillé.

Enfin, nous avons abordé ensemble la possibilité de créer des PDF dynamiques sous QGIS à l’aide de l’application Scribus, qui fera aussi l’objet d’un article spécifique sur le carnet Hypothèses des Goûters.

 

 

 

Prochain Goûter de la géomatique : lundi 25 Avril à 15h

Le prochain Goûter de la géomatique organisé par la plateforme GEOBFC aura lieu le lundi 25 avril 2016 à 15h à la MSH de Dijon (salle 102)

Ce mois-ci, nous discuterons :

– avec Rémi Landois (UMR 6298 ARTéHIS) de l’Analyse des données LiDAR pour la prospection archéologique dans la forêt du Val Suzon (21)

– avec Ludovic Granjon (USR 3516 MSH Dijon) qui fera une Démonstration des possibilités d’atlas dans QGIS

Si vous souhaitez présenter ou discuter un aspect ou une question autour de l’information spatiale, de la cartographie ou de la géomatique, n’hésitez pas à nous rejoindre!

Rendez-vous à 15h à la MSH de Dijon (salle 102)

 

Compte-rendu Goûter de la Géomatique du 29 février 2016

Comme annoncé, un goûter de la géomatique a eu lieu le lundi 29 février 2016, à 10 :00, réunissant les membres de la plateforme GéoBFC (Laure, Elise, Ludovic, Jonhattan et Lucile) et plusieurs curieux : Damien, Fabrice, Rémi, Seydou et Zoran.
Le goûter s’est déroulé autour des quelques douceurs du jour et d’un café ; au programme : gâteau au chocolat et carrot-cake !
Des points d’actualités ont été évoqués :

La géomatique à l’heure des MOOC

Dans la continuité des MOOC (‘Massive Open Online Course’) présentés en 2014, d’autres abordent actuellement de près ou de loin la géomatique
Sur COURSERA : Eléments de géomatique, Ecole Polytechnique de Lausanne, commencé le 19 février 2016.
=> Bonne nouvelle, une seconde session de ce Mooc s’ouvre et aura lieu entre le 18 avril et le 3 juillet 2016! Vous pouvez vous inscrire ici.
Sur FUN : les statistiques en force (bien utiles en complément) !

L’Année Internationale de la Cartographie et de la géovisualisation

Dans un second temps, nous avons évoqué L’Année Internationale de la Cartographie et de la géovisualisation, décrétée par l’ONU.
Cette année  Internationale de la Cartographie et de la géovisualisation a pour but de célébrer les cartes et leurs rôle dans le monde. C’est l’opportunité pour de multiples institutions d’organiser des manifestations, des conférences, des expositions,  etc. pour promouvoir les cartes.

IMY_logo_300x100Logo de l’Année internationale de la Carte (http://mapyear.org/)

Des comités par pays ont été réunis pour organiser l’année Internationale de la Cartographie (http://mapyear.org/nations-signed-up/ )
Un ouvrage accessible à tous (libre et gratuit) est accessible : Le Monde des cartes
Plusieurs évènements ont lieu  :

Pour suivre les évènements et les manifestations : http://mapyear.org/events/

Par la suite Jonhattan Vidal nous a présenté un aspect de son travail sur les Antilles Françaises.

Défense côtière des Antilles françaises (1635-1850), cartographie ancienne et prospection pédestre (Jonhattan Vidal).

Jonhattan travaille depuis une dizaine d’années dans les Antilles Françaises dans le cadre d’un programme soutenu par les services régionaux de Guadeloupe et de Martinique. Il recense les différents forts et batteries militaires  servant à la défense des îles de la Guadeloupe, des Saintes et de la Martinique, édifiés entre le XVIIème et le XIXème siècle pour faire face aux attaques régulières de la flotte britannique et des pirates croisant dans les caraïbes. Son travail se base sur des documents d’archives et des cartes anciennes qui l’aident à circonscrire les zones de localisation potentielles de ces constructions militaires. A partir du dépouillement de cette cartographie historique, Jonhattan effectue des prospections pédestres pour retrouver et géolocaliser  les vestiges de ces constructions militaires (GPS). Il relève les plans des édifices et réalise un examen archéologique des structures (matériaux, morphologie, typologie, évolution du bâti). Il étudie également les bouches à feux qui équipaient ces fortifications et dont subsistent des exemplaires plus ou moins fragmentaires. L’étude typologique et archivistique de ces artefacts permet d’en dater l’usage et d’en déterminer les provenances. Ce travail a permis le recensement de plus d’une centaine de vestiges de constructions militaires et d’environ 200 matériels d’artillerie.

Image10Secteur est de la commune de Sainte-Anne, extrait de la carte générale de la Guadeloupe levée par les Ingénieurs Géographes du Roy entre 1764 et 1769, Service Historique de la Défense (7B 123). JV 2007.

Jonhattan a intégré ses données dans un SIG, ce qui lui permet d’effectuer la cartographie des forts et batteries militaires. Les objectifs du SIG seraient pour Jonhattan d’effectuer un certain nombre d’analyses spatiales pour comprendre :
  • l’organisation de la défense côtière sur les différentes îles des Antilles, notamment par l’implantation des constructions militaires qu’il a recensées, et en comparaison avec les systèmes théoriques exposés dans les documents d’archives,
  • la détermination de zones à fort potentiel d’archéologie sous-marine, où des épaves de navires pourraient être mises au jour, notamment par l’analyse spatiale de la portée de tirs des matériels d’artillerie depuis les vestiges des batteries côtières.

Image1 Vue depuis la batterie de la Baie du Marigot, Les Saintes, Terre-de-Haut. JV 2009

Sur ce dernier point, Jonhattan a évoqué la méthodologie qu’il envisageait mettre en œuvre. Pour délimiter des zones maritimes où se trouvent potentiellement des épaves de navires, il se base sur sa connaissance des portées de tir des bouches à feux, acquise à travers son travail archivistique et bibliographique. En effet, les portées de tir dépendent du type de canon utilisé (calibre, format, etc.) et de l’évolution par période de la technologie militaire en terme matériel et balistique. A partir de ces constats, Jonhattan envisage d’effectuer plusieurs analyses spatiales basées sur les distances de ces portées de tir, notamment le calcul de zones-tampons (buffers) autour des forts et bastions ayant livré ces dispositifs d’artillerie. Les dispositifs de défense sont essentiellement tournés vers la mer, et de fait, Jonhattan a évoqué son souhait d’adapter sa méthode pour prendre en compte la contrainte de limite côtière dans son étude SIG. Une discussion s’est ouverte sur ce point entre les différents participants du goûter de la géomatique sur la possibilité d’exploiter les paramètres des calculs de visibilité (distance, limite), la limite côtière, l’orientation et/ou les angles de tir dans son analyse.
Par la suite, Jonhattan a évoqué son souhait d’exploiter de nouvelles données comme les acquisitions LIDAR terrestre et bathymétrique du Litto3D conduite de manière conjointe par l’IGN et le SHOM sur l’ensemble du littoral national et qui couvrent de ce fait toute la côte des îles caraïbes françaises, de même que la BD RGE ALTI® -IGN-2016) au pas de 5 m.